Neurosciences : comment programmer son cerveau pour être performant au travail ?

Saviez-vous que notre cerveau a sa propre stratégie pour économiser ses ressources ? C’est un des points de départ du livre Passer une bonne journée au bureau, c’est possible de Caroline Webb.

Les “raccourcis” empruntés par notre cerveau de même que nos réactions défensives face à ce que nous percevons comme des menaces, nous pousseraient selon elle à adopter des comportements contre-productifs.

Heureusement, au cours de ses expériences en tant que coach en management et leadership l’auteure a recueilli de nombreux témoignages de professionnels et astuces visant à “hacker” notre cerveau pour réagir de façon plus fructueuse face aux challenges qui se présentent au cours de nos journées.

Eviter les comportements réflexes pour choisir les meilleures solutions plutôt que les plus familières

Le biais de confirmation, c’est cette tendance de notre système automatique à “sélectionner en priorité les informations qui résonnent avec ce que l’on a en tête” pour réaliser des économies d’énergie mentale. Par conséquent, on effectue un tri sélectif d’informations qui vont dans le sens de nos préjugés, de ce qu’on a déjà expérimenté ou en accord avec ce qu’on a prévu, ignorant les informations contraires qui pourraient pourtant être utiles.

  • La solution :

Caroline Webb liste une série de phrases qui alertent sur des comportements “réflexes” qui peuvent être à l’opposée d’une solution plus pertinente, bien qu’inhabituelle :

  • “de toute évidence, c’est vrai (ou faux)”
  • “tout le monde est d’accord”
  • “tenons-nous en à ce que nous savons”
  • “c’est la seule option possible”

Lorsqu’on les repère, elle recommande d’adopter une routine de contre-vérification. Il s’agit de s’obliger à envisager d’autres options pour en tester le pour et le contre objectivement, quitte à impliquer des personnes qui ont tendance à voir les choses différemment pour apprendre à remettre en question ses idées préconçues sur les stratégies gagnantes… Ou pas !

Passer en mode découverte plutôt que rester en mode défensif pour être plus créatif, résilient et meilleur communiquant

On a vu que notre cerveau peut adopter un système automatique pour économiser de l’énergie. L’autre ennemi de notre “système délibéré”, c’est le mode “défensif” dans lequel on peut passer très rapidement dès lors qu’on se sent stressé, avec trois réponses possibles :

  • la fuite (évitement, difficulté à se concentrer)
  • la lutte (susceptibilité, agressivité)
  • l’inhibition (passivité, abattement, apathie)

À ce mode défensif, Caroline Webb oppose un “mode découverte”, un état d’ouverture d’esprit et de positivité favorisant l’innovation et des performances optimales. Mais comment l’activer ?

  • Les réflexes à adopter :

Pour fonctionner à pleine capacité, nous ne vous apprendrons rien si nous vous disons que notre organisme a besoin de suffisamment de sommeil, d’exercice et que notre concentration peut s’améliorer en pratiquant la pleine conscience.

En imitant les actions associées aux sentiments de contentement, de confiance en soi et de détente, on peut également créer ce que Caroline Webb appelle “une boucle auto-réalisatrice corps-esprit” (en d’autres mots, en appliquant ce proverbe bien connu de nos amis anglo-saxons “fake it until you make it”).

Les recherches montrent une corrélation évidente entre la bonne humeur et une capacité à résoudre des problèmes analytiques ardus.

Ainsi, la posture peut se montrer tout aussi importante que l’état d’esprit : en se montrant grand et imposant, en occupant l’espace avec une position décontractée (s’étirer, être droit avec les jambes légèrement écartées, épaules et bras détendus et ouverts…), on annonce au cerveau qu’on n’est pas menacé et on le met en position de communiquer avec confiance (un signal qui sera également susceptible d’être perçu par notre interlocuteur et ainsi de le convaincre plus facilement).

Autre technique à tester : l’ancrage de ses intentions pour préparer sa journée, en ajoutant à sa to-do list des objectifs de comportement positifs favorables au passage de notre cerveau en mode “découverte” plutôt que défensif.
Il est pour cela préférable de définir des objectifs quantifiables et précis : ils focalisent l’attention et “renforcent la persévérance dans la mesure où le circuit de la récompense trouve extrêmement satisfaisant d’avancer vers un but”.

Mieux vaut également se fixer des “buts d’approche” formulés de façon positive (ex : je veux réussir) qui obtiendront des résultats plus performants que les “buts d’évitement” (ex : je ne veux pas échouer). En se concentrant sur une chose désagréable à éviter, nos pensées signalent à notre cerveau une menace potentielle dont il faut se protéger. Il mobilise alors les ressources mentales dans ce sens, plutôt que de les utiliser plus efficacement.

De la même façon, mieux vaut ne pas se demander ce qu’on devrait faire, mais ce qu’on POURRAIT faire, pour se sentir moins contraint… Et s’ouvrir à toutes les possibilités !

Passer une bonne journée au bureau, c'est possible - Caroline Webb

Traduit par Patricia LAVIGNE
Parution le 21 septembre 2017 aux éditions Belfond
512 pages
Acheter l’e-bookAcheter le livre
L’auteure : Caroline Webb est économiste, consultante et coach en management au Royaume-Uni.
Notre avis en bref : un ouvrage dense mais complet qui s’appuie sur les dernières recherches en sciences cognitives et comportementales pour nous fournir des pistes visant à nous rendre plus productifs, ouverts à de nouvelles idées et à améliorer notre communication avec nos collègues ou employés.
Cet e-book nous a été envoyé gracieusement pour lecture et avis grâce à Netgalley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *